Qu'est-ce que le Crédit Social ?

1. Le terme «crédit social» désigne, en premier lieu, le pouvoir des êtres humains, travaillant en association, pour atteindre des résultats escomptés. C'est un pouvoir qui opère dans toutes les sociétés humaines. Lorsqu'il est capitalisé, le «Crédit Social» peut se référer soit à l'étude de ce pouvoir social (c'est-à-dire une étude de sa nature générale, y compris comment il peut être maximisé, ce qui l'affaiblit, quelles sont ses limites, etc.) toute action individuelle ou mouvement organisé visant à sauvegarder et à accroître le crédit social d'une société donnée en tant que politique fixe.

2. Puisqu'il est centré, avant tout, sur le fonctionnement de la société en général en vue des buts fondamentaux de l'association humaine, le Crédit Social s'intéresse principalement à la nature et à la fonctionnalité de l'association pour des raisons économiques et à la nature et la fonctionnalité d'association à des fins politiques. Une telle étude suppose des conceptions philosophiques spécifiques concernant les caractéristiques générales de la réalité, de la connaissance, de la méthodologie scientifique et de la nature humaine, ainsi qu'un type particulier de philosophie sociale. Cela donne aussi naissance à une manière particulière de comprendre l'histoire et d'interpréter les événements historiques.

3. Bien que les bases de la philosophie et la politique du Crédit Social n'aient pas été prédéterminées pour satisfaire aux principes de la croyance chrétienne, cette philosophie et cette politique se sont révélées, rétrospectivement, être une expression organique de la vision chrétienne du monde. Le christianisme, correctement compris et pratiqué, est l'inspiration métaphysique primaire du Crédit Social.

4. En ce qui concerne sa philosophie sociale sous-jacente, le Crédit Social soutient que les associations, quelles qu'elles soient, existent pour permettre aux êtres humains de réaliser les objectifs fondamentaux des associations respectives de manière efficace et équitable. Autrement dit, le groupe existe pour le bien-être de chaque individu et non comme une fin en soi, ni comme un moyen de promouvoir les intérêts antisociaux de toute élite oligarchique qui aurait pu prendre le contrôle du groupe et de ses activités. Chaque membre individuel d'une association particulière est mieux servi lorsque les résultats escomptés de l'association en question peuvent être correctement actualisés avec le moins de problèmes pour tout le monde.

5. En ce qui concerne l'association économique, le système économique qui régit une société devrait permettre de réaliser le véritable but de l'association économique, c'est-à-dire la fourniture de biens et services selon les besoins, avec le moins de difficultés possible. À atteindre, dans la mesure ou cela est physiquement ou matériellement possible, les besoins de l'individu.

6. Le Crédit Social note que c'est principalement en raison de la nature du système financier actuel que les associations économiques n'atteignent pas les résultats escomptés. C'est aussi principalement à cause du système financier que les associations économiques produisent généralement un certain nombre de résultats indésirables, dont certains dépassent le domaine de l'économie proprement dit. En toute vérité, dans le monde industrialisé moderne, il n'y a aucune raison valable pour la pauvreté ou une politique de plein emploi (avec le manque de loisirs qui en résulte), aucune raison pour l'inflation ou d'alterner les cycles de prospérité et de récessions, de gaspillage économique et de sabotage, ou encore pour des pressions financières inhumaines, ou pour l'endettement personnel, ou pour des dettes publiques chroniques, ou pour des niveaux élevés et / ou des formes d'imposition injustifiables, ou pour la tourmente sociale, ou pour la migration forcé ( économiquement induite) des personnes de leurs terres natales, ou pour la dégradation de l'environnement, ou pour les conflits économiques et politiques internationaux culminant sous cette forme de folie collective autrement connu sous le nom de guerre, etc.

7. La nature défaillante du système financier a deux aspects fondamentaux et complémentaires. D'une part, le système financier, tel qu'il fonctionne actuellement, génère un écart croissant entre le taux de production des biens et services et les revenus des consommateurs, revenus libérés lors de la production de ces biens et services. Ceci est principalement, mais pas exclusivement, dû à la manière dont les capitaux réels (machines et équipements) sont financés, leurs coûts pris en compte par les conventions existantes de comptabilité des coûts financiers et industriels et le déplacement concomitant du travail humain. D'autre part, un monopole particulier, c'est-à-dire le monopole de la création du crédit actuellement exercé par les institutions bancaires, utilise cette rareté artificielle du crédit à la consommation pour imposer une politique intéressée, sinon égoïste, aux membres d'associations économiques. Ils soulagent le manque de crédit à la consommation (principalement en émettant des prêts) mais uniquement à des conditions asymétriques qui transfèrent le pouvoir d'achat, la propriété et le contrôle de la politique économique des gouvernements, des entreprises et des particuliers à eux-même.

8. La solution à ces problèmes est de créer et d'émettre un volume suffisant d'argent sans dette sous forme d'escompte compensé et de Dividende National afin d'égaliser le flux des prix finaux avec le flux de pouvoir d'achat des consommateurs. Cela permettrait de rétablir l'équilibre financier du flux circulaire tout en veillant à ce que tous les prix soient entièrement liquidés à mesure qu'ils arrivent sur le marché de la consommation. Une suffisance du taux auquel le crédit à la consommation est injecté dans l'économie fournirait également un soutien adéquat à l'octroi de crédits supplémentaires à la production, jusqu'à capacité physique de l'économie ou à la satisfaction psychologique du consommateur. Le débit du crédit à la production serait libéré de manière à correspondre finalement à la demande réelle des consommateurs. Quelle que soit la production physiquement possible et souhaitée par la population, elle pourrait être financièrement possible.

9. Dans sa dimension purement économique, le Crédit Social peut donc être décrit comme un type radical de réforme monétaire spécifiquement conçu pour subordonner les activités du groupe au bien-être de chaque membre individuel de l'association économique (libérant ainsi l'individu de la domination du groupe - et de la domination de l'élite qui contrôle le groupe - qui caractérise actuellement la vie économique). La livraison de biens et de services comme, quand et où cela est nécessaire dans la mesure où cela est physiquement possible, avec le moins de difficultés possible, peut être attendue comme la conséquence naturelle d'une telle réforme.

10. En ce qui concerne l'association politique, le système politique qui régit une société et qui permet de réaliser le véritable but de l'association politique, à savoir la maximisation de la souveraineté de chaque individu sur ses propres affaires avec le moins de difficultés possibles pour tous, doit être atteint dans la mesure où cela est possible physiquement ou matériellement.

11. Le système financier conventionnel et l'ordre économique qui en résulte ont de profondes implications politiques. D'un côté, le système existant génère de nombreux conflits économiques qui se traduisent souvent par des conflits politiques et même militaires entre les nations et au sein des nations. Pour ne prendre qu'un exemple, il est impossible pour toutes les nations d'avoir des «balances commerciales favorables» et pourtant chacune d'entre elles s'efforce très fort d'atteindre un tel résultat afin de compenser son manque interne de pouvoir d'achat (ou du moins minimiser leurs balances commerciales défavorables). La transformation de ce conflit d'objectifs en une guerre économique et même militaire n'est qu'une question de temps et d'opportunité. D'un autre côté, le même système concentre une grande partie de la richesse financière, du privilège et du pouvoir au sommet de la pyramide socio-économique. Cette centralisation de l'influence financière et économique place les principaux bénéficiaires du système financier désordonné dans une position si avantageuse qu'ils sont capables, par divers moyens, d'obliger ou du moins de faire pression (sous formes diverses) sur les associations politiques afin qu'ils adoptent ces politiques si profitable à l'élite, c'est-à-dire les politiques qui transformeront leur monopole de crédit en un monopole social total: économique, politique et culturel. Le Crédit Social note que l'échec des associations politiques à obtenir les résultats escomptés dans les pays «démocratiques» modernes est principalement dû à un système politique mal conçu qui, grâce au pouvoir de l'argent, sert une fin étrangère au véritable but d'association politique.

 12. En premier lieu, la «démocratie» conventionnelle ne permet pas aux citoyens d'établir une association politique qui permetrais et encouragerais la décentralisation maximale de la souveraineté effective de chaque individu sur ses propres affaires simplement parce qu'elle ne vise pas cet objectif et en conséquence, n'est pas conçu pour l'atteindre. Selon la théorie libérale de la démocratie, le véritable objectif du gouvernement est de juger ou de trouver un équilibre entre les intérêts de groupes concurrents dans l'État ayants des objectifs incompatibles: «la politique est l'art du compromis». Sur la base de cette conception, il est inconcevable qu'il y ait une volonté commune générale ou unanime en faveur d'un objectif général supérieur tel que la maximisation de la souveraineté effective et individuelle sur ses propres affaires dans la mesure où cela est objectivement possible et avec moins de problèmes possible. La possibilité qu'il y aie une politique vraiment commune est écartée dès le début. En conséquence, de telles «démocraties» ne visent même pas à réaliser le véritable but de l'association politique, même si beaucoup de citoyens ordinaires tiennent pour acquis que dans une démocratie, la politique du gouvernement devrait refléter la volonté générale du peuple. En second lieu, et en conséquence de ce premier point, les mécanismes de la démocratie conventionnelle (ses systèmes de vote et ses systèmes multipartites) n'offrent pas aux individus un contrôle effectif, c'est-à-dire efficace, sur leurs gouvernements.

13. Pour compliquer davantage les choses, le système financier monopolistique, en particulier aux niveaux de la «haute finance» et de la «finance internationale» en conjonction avec les «grandes entreprises», utilise les failles du système démocratique conventionnel pour imposer leur propre intérêt personnel. politique sur les individus: la centralisation croissante du pouvoir politique entre leurs mains. Le contrôle de la création et de l'émission d'argent est le pouvoir de récompenser et de punir; c'est le pouvoir de contrôler ou au moins d'exercer une pression sur les institutions de l'État, les gouvernements, les partis politiques et les politiciens individuellement. C'est aussi le pouvoir de contrôler ou du moins d'influencer fortement l'opinion publique en finançant les médias d'information, l'éducation et les industries du divertissement. La haute finance est donc en mesure de pousser la société d'en haut et de la tirer vers le bas pour qu'elle embrasser les politiques intermédiaires qui vont centraliser davantage le contrôle politique entre les mains de ceux qui ont un intérêt à monopoliser le pouvoir. L'aboutissement logique d'une politique centralisatrice, le plus grand degré de centralisation possible, serait la mise en place par la finance internationale d'une dictature totalitaire mondiale: «Le nouvel ordre mondial».

14. La solution aux échecs de la démocratie conventionnelle est de réhabiliter la démocratie en introduisant un système politique qui vise explicitement le véritable but de l'association politique et qui est ensuite jugé et régulé par les citoyens eux-mêmes en fonction de leur capacité à décentraliser la souveraineté effective de l'individu sur ses propres affaires.

15. Un tel système devrait avoir une structure tripartite. Une démocratie efficace ne signifie pas le droit du peuple à disposer des affaires d'autrui ou des nécessités fonctionnelles objectives de l'association politique (qui sont fondées sur la loi naturelle et ne peuvent être négligées qu'à un prix très élevé); cela signifie le droit et le pouvoir réel des individus de faire en sorte que toutes les activités de nature publique offrent le maximum d'avantages aux personnes qui composent le public. Pour atteindre ce but, il faut un cadre constitutionnel efficace, confié à une Chambre de Gardien ou à une Chambre haute, qui limite le pouvoir de l'État et des gouvernements afin de protéger comme sacro-saint les droits individuels légitimes donnés par Dieu et qui passent donc avant l'état. Il doit également y avoir une série de hiérarchies administratives de la fonction publique qui sont entièrement et personnellement responsables envers les citoyens pour l'exécution (non déterminante) des décisions politiques. Enfin, il faut mettre en place un ensemble de mécanismes permettant aux citoyens, soit directement, soit par l'intermédiaire de leurs représentants parlementaires, d'initier des politiques et de sanctionner les hiérarchies administratives en termes de résultats. Ces mécanismes peuvent inclure le vote de candidats indépendants et partisans (la fin du système des partis politiques), le droit de révoquer les députés, les initiatives citoyennes et les référendums, le vote responsable (la fin du scrutin secret) et, surtout, la plus grande latitude possible pour contracter ou se retirer des services / programmes gouvernementaux.

16. La philosophie et la politique du Crédit Social concernant la nature et la bonne orientation des associations économiques, politiques et culturelles constitue un point d'Archimède à partir duquel l'histoire de la civilisation peut être analysée et évaluée et au moyen de laquelle l'avenir de la civilisation peut être orienté vers le bien commun et la satisfaction générale.

17. En premier lieu, il faut reconnaître qu'une grande partie de ce qui s'est passé dans l'histoire de la civilisation a été causée ou au moins conditionnée par les politiques spécifiques adoptées par diverses associations humaines. L'histoire est donc correctement décrite comme une politique cristallisée plutôt que comme une série d'épisodes déconnectés.

18. En second lieu, il faut reconnaître que l'histoire de la politique est une histoire de conflit entre deux politiques sociales diamétralement opposées: la politique de domination qui anime les associations despotiques (et qui est le plus souvent, en pratique, une politique oligarchique) et la politique de liberté qui est à la base de l'association authentiquement démocratique. Dans le cas des associations despotiques, l'histoire de la civilisation est aussi la chronique d'une guerre intestine entre des individus et des groupes idéologiquement similaires, sinon identiques, qui se disputent le pouvoir d'administrer la politique de domination et de jouir de ses fruits mal acquis.

19. Il semblerait que le premier conflit de l'histoire, la lutte entre l'oligarchie et la masse des individus communs, atteigne son point culminant dans le monde contemporain. Le véhicule presque exclusif par lequel la politique de domination et donc d'association despotique est actuellement imposée au monde est celui de la finance et la finance, mal réglementé, est l'instrument le plus puissant que l'esprit de l'homme ait jamais conçu pour imposer sa politique à ses compagnons.

20. Par conséquent, il est important que les gens sachent que la façon dont l'histoire est conçue par la population en général a de fortes implications politiques et que ceux qui voudraient usurper l'augmentation non méritée d'une association ont une incitation convaincante à s'assurer que raconter l'histoire dans le forum public est propice au maintien et à l'augmentation de leur hégémonie sociétale. La représentation de l'histoire peut, comme la pratique de la science empirique, être facilement politisée, c'est-à-dire utilisée pour promouvoir des croyances qui, bien qu'elles soient en contradiction avec la réalité objective, sont néanmoins utiles à la réalisation de certains objectifs politiques. Comme George Orwell l'a noté dans son roman 1984: "Qui contrôle le passé ... contrôle l'avenir: qui contrôle le présent contrôle le passé." [1]

 


[1] George Orwell, 1984 (New York: Plume, 1983), 30. Ce principe était en fait l'un des slogans du Parti totalitaire qui contrôlait presque totalement le super-État fictionnel d'Océanie.

Dernières articles

  • Doit-il être Dieu ou Mammon ?
    «Vous ne pouvez servir Dieu et Mammon». Si vous prétendez glorifier Dieu le dimanche, à l'église, et le reste de la semaine vous l'oubliez pour ne penser qu'à accumuler les piastres, même au détriment des autres, alors c'est Mammon que vous glorifier.
    Ecrit le vendredi, 04 novembre 2016 16:19 En savoir plus...
  • Oui, Les Banques Créent L’Argent à Partir de Rien
    L'année dernière, la Banque d'Angleterre a ouvertement admis que les banques privées sont responsables de la création, à partir de rien, de la plus grande partie de la masse monétaire.
    Ecrit le vendredi, 25 septembre 2015 19:05 En savoir plus...
  • Le Dividende Universel pour la Suisse
    Les machines, robots, ordinateurs rendent le "travail humain rémunéré" de plus en plus rare, c'est un fait. Promettre des emplois classiques est un gigantesque mensonge, une promesse impossible à tenir au niveau mondial, et une cause de guerres économiques impitoyables mondialisées. Ce sont des gaspillages stupides. La seule solution est de fournir un Dividende Universel hors du travail.
    Ecrit le jeudi, 20 novembre 2014 19:13 En savoir plus...